Radio France: dotation publique de 572 millions d’euros en 2010

La dotation publique de l’Etat au groupe public Radio France sera de 572 millions d’euros en 2010, en hausse de 3,1% jusqu’en 2014 dans le cadre du Contrat d’objectifs et de moyens (COM) pour la période 2010-2014, a annoncé jeudi le gouvernement.

Une part de cette dotation sera spécifiquement consacrée à la réhabilitation de la Maison de la Radio à Paris (XVIème).

Le COM 2010-2014 doit encore être présenté au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et au Parlement, avant d’être soumis au conseil d’administration de Radio France (France Inter, France Info, France Culture, France Musique, France Bleu, Le Mouv’ et Fip).

Radio France aurait obtenu de l’Etat la garantie de financer la double diffusion analogique et numérique qu’entraînerait un lancement de la RNT.
Lire plus »

Nouvelle mission sur la radio numérique terrestre confiée à David Kessler

PARIS — François Fillon a confié une mission sur la radio numérique terrestre (RNT) à David Kessler, ancien directeur de France Culture et ancien conseiller pour la culture et la communication de Lionel Jospin, annonce jeudi un communiqué de Matignon.

Cette mission fait suite à deux autres rapports commandés par le Premier ministre sur le financement de la RNT, l’un à l’inspecteur général des affaires culturelles Emmanuel Hamelin et l’autre à l’ancien président de France Télévisions Marc Tessier.

Dans son rapport d’octobre et rendu public en mars, M. Hamelin avait estimé que le lancement de la RNT coûterait peu et soutiendrait le développement du secteur, à contre-courant des conclusions de M. Tessier rendues au Premier ministre en novembre dernier. Lire plus »

Le pylône des futures émissions en radio numérique installé à Nantes

Une grue de 500 tonnes a installé, mardi, le pylône des futures émissions en radio numérique au sommet de l’immeuble du Sillon, à Saint-Herblain. L’initiative revient au Groupement des radios associatives.
Au moment où la télévision bascule intégralement en numérique dans la région des Pays de la Loire, Nantes marque également un pas de géant avec la radio numérique terrestre (RNT).

Plus surprenante, l’initiative revient au Groupement des radios associatives de la métropole nantaise (Gram). Une association constituée en 2006 qui réunit les radios Alternantes, Euradio Nantes, Fidélité, Jet FM, Prun’ et Sun. « Le Gram souhaite accompagner les radios associatives locales sur la voie de la numérisation, en leur permettant de garder la maîtrise de leur installation », explique le président, Pierre Boucard. À partir du 26 mai, et jusqu’au milieu de l’été, plusieurs radios locales, mais aussi régionales et nationales, seront ainsi accessibles en qualité numérique, et gratuitement, sur la totalité du territoire de Nantes Métropole, à condition bien entendu d’avoir le récepteur adapté.

Lire plus »

Frank Lanoux au sujet de la radio numérique

Frank Lanoux, directeur général de la station RMC au sujet de la radio numérique :
Propos recueillit par le site du figaro :

Soutenez-vous la radio numérique terrestre ?

Nous avons demandé un moratoire à travers le Bureau de la radio, qui réunit des radios privées, c’est-à-dire des radios qui maîtrisent leurs coûts de fonctionnement. Le coût de la radio numérique terrestre n’est pas raisonnable. Le paysage radiophonique est déjà très développé. L’attente du consommateur pour cette nouvelle technologie n’est pas évidente. Mais, pourtant, il faut y aller car tout est numérisé aujourd’hui. La radio ne peut pas passer à côté du numérique. Toutefois, le coût de ce quatrième réseau, après les longues ondes, la FM et Internet, devrait être bien inférieur à un million d’euros. Il faut trouver une technologie pour faire baisser le coût de fonctionnement. On ne va tout de même pas demander au gouvernement de nous subventionner !

Jean-Luc Hees milite pour la radio numérique

« Je milite pour la radio numérique », a déclaré Jean-Luc Hees le PDG de Radio France.
A contre sens donc par rapport aux autre grandes radios privées qui elles sont plutôt du style à freiner la diffusion numérique qui pour eux et bien trop couteux, le projet radio numérique a reçu un grand soutien de Radio France et de son PDG.
« C’est vrai qu’elle nécessite des investissements importants. Mais elle sera gratuite pour l’auditeur, et permettra d’étendre la couverture, avec un coût de diffusion deux fois moins élevés à terme », ce qui pourrait réduire le montant occasionné par les radios publiques de 70-80 millions à environs 40 millions.

 » la radio numérique offre que des avantages pour une activité de service public » a t’il déclaré sur fait que celle ci évite également de laisser le choix des programmes diffusés à un opérateur télécoms, ce qui est le cas de la radio sur mobile.

Lire plus »