Le pylône des futures émissions en radio numérique installé à Nantes

Une grue de 500 tonnes a installé, mardi, le pylône des futures émissions en radio numérique au sommet de l’immeuble du Sillon, à Saint-Herblain. L’initiative revient au Groupement des radios associatives.
Au moment où la télévision bascule intégralement en numérique dans la région des Pays de la Loire, Nantes marque également un pas de géant avec la radio numérique terrestre (RNT).

Plus surprenante, l’initiative revient au Groupement des radios associatives de la métropole nantaise (Gram). Une association constituée en 2006 qui réunit les radios Alternantes, Euradio Nantes, Fidélité, Jet FM, Prun’ et Sun. « Le Gram souhaite accompagner les radios associatives locales sur la voie de la numérisation, en leur permettant de garder la maîtrise de leur installation », explique le président, Pierre Boucard. À partir du 26 mai, et jusqu’au milieu de l’été, plusieurs radios locales, mais aussi régionales et nationales, seront ainsi accessibles en qualité numérique, et gratuitement, sur la totalité du territoire de Nantes Métropole, à condition bien entendu d’avoir le récepteur adapté.

Ceci permettra une plus grande puissance et devrait gommer les disparités de qualité liées à la FM. L’expérience reste cependant éphémère puisqu’il sera nécessaire d’obtenir les autorisations nécessaires et surtout de régler toutes les questions d’interférence avec les autres réseaux, notamment ceux des pompiers. « C’est le ministre qui donnera le signal, mais nous voulons montrer notre capacité à assurer la diffusion des radios en numérique par nos propres moyens. »

Cet investissement, de l’ordre de 240 000 €, bénéficie de financements de Nantes, du conseil général et de l’Europe. En attendant, les émissions analogiques se poursuivent depuis l’émetteur de la tour Atlantique à Bellevue.

Pour installer le nouveau pylône de 26 mètres de haut au sommet de l’immeuble du Sillon-de-Bretagne à Saint-Herblain, l’entreprise Huou, de Saint-Etienne-de-Montluc, a dû faire appel à une grue géante de 500 tonnes dont la flèche plafonne à 135 mètres. Une manutention vertigineuse puisque l’immeuble lui-même s’élève à plus de 97 mètres de haut et représente un point culminant du département. Juste retour des choses, c’est aussi de là qu’ont été émises les premières émissions des radios libres il y a trente ans.

L’opération tombe à pic pour le propriétaire du Sillon-de-Bretagne, le bailleur social Harmonie Habitat, qui veut « faire passer l’immeuble dans la modernité du XXIe siècle ». Ce bâtiment emblématique de l’urbanisme des années 1970 va en effet faire l’objet de travaux considérables dans les prochains mois. Environ 32 millions d’euros sont prévus pour la rénovation complète de cette construction qui a cultivé la démesure avec 1 000 logements et plus de 4 000 fenêtres. Il abrite aujourd’hui de nombreuses entreprises et ne conservera à terme « que » 600 appartements. Outre des démolitions, les travaux porteront sur une isolation extérieure qui devrait profondément modifier son aspect, sa couleur et son image.

source: Ouest France

You can leave a response, or trackback from your own site.

Commenter