rnt

La RNT n’est pas abandonnée, la norme DAB+ vient d’être adoptée

RNT_logoAprès de longs mois sans nouvelles, la Radio Numérique Terrestre (RNT) revient finalement alors que l’on pensait qu’elle était désormais complètement abandonnée après le désintérêt du gouvernement qui ne voulait pas que les radios publiques concernant le groupe Radio France en face partie.

La majorité des plus grands groupes de radio privés ayant déjà négligé la RNT (Lagardère, RTL, NRJ et NextradioTV), elle se voyait alors gravement menacée par l’absence de Radio France. Les seuls véritables soutient de la RNT étant au final des stations indépendantes comme FG ou bien Radio Nova.

Cependant, c’est finalement l’adoption d’une norme qui vient de relancer la potentielle future diffusion de la RNT à l’échelle nationale en France. Lire plus »

La radio numérique terrestre est un véritable succès en Suisse

La RNT a du mal à s établir en France, mais est-elle un échec dans tous les pays où elle a été lancée ?

L’Angleterre a elle récemment indiqué qui’il y avait pas moins de 46% de la population de la Grande Bretagne qui écoutait déjà leurs musiques favorites et leurs émission sur la radio en qualité numérique.

C’est désormais la Suisse qui a ensuite récemment publié des résultats tout aussi performants en ce qui concerne le domaine de la RNT.

En effet, la Suisse vient tout juste de  célébrer son millionième poste de radio numérique compatible DAB+ qui a été vendu cet été au mois de juillet 2012.

La Radio numérique terrestre ou RNT est désormais écoutée chez nos voisins Suisse par pas moins de 2,4 millions d’auditeurs. La RNT  touche alors plus d’un tiers des ménages suisses.

Selon les médias suisses, les auditeurs qui sont fidèles à la radio numérique apprécient surtout la très grande variété des programmes disponibles sur la RNT, mais également bien sûr la très bonne qualité sonore avec en plus une réception sans interférence et les nombreux services complémentaires que proposes la RNT. Lire plus »

le CSA annonce qu’il va signer les conventions attribuées en 2009 à Paris, Marseille et Nice

Le 13 mars 2012, le CSA annonce qu’il va signer les conventions attribuées en 2009 à Paris, Marseille et Nice. Les radios vont être autorisées à émettre dès 2012. En outre, un (second) appel à candidatures va être lancé dans les vingt plus grandes agglomérations françaises. À ce jour, aucune date d’extinction de la radio analogique n’a pour l’instant été annoncée en France; toutefois, Rachid Arhab annonce que, comme pour la TNT, quant la RNT aura une couverture de 40 %, il faudra fixer une date d’extinction d’arrêt des émissions en FM, comme cela a été fait pour la TNT. Lire plus »

Les radios indépendantes veulent un fonds d’Etat pour le numérique

Les radios indépendantes sélectionnées pour émettre en radio numérique à Paris, Marseille et Nice, ont demandé au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), avec le soutien du Syndicat interprofessionnel des radios et télévisions indépendantes (SIRTI), la création d’un fonds d’aide de l’État pour le passage au numérique.

Le SIRTI appelle ainsi à l’accompagnement des pouvoirs publics “pour installer la radio numérique pour tous, par tous et partout”.

Le GIP France Télé Numérique, qui s’est chargé du basculement de la télé analogique en numérique, va restituer à l’État une partie du budget alloué pour le déploiement de la TNT. Cet excédent est annoncé à 153 millions d’euros, selon le SIRTI, qui se réjouit: “Le passage au numérique n’est pas forcément aussi coûteux qu’anticipé”. Lire plus »

Radio numérique terrestre : encore un petit effort ??

Finalement, est-il possible, ou non, de lancer la radio numérique terrestre (RNT) en France ? Telle est la question cruciale qui ressort de la note d’étape qui vient d’être rendue par David Kessler au Premier ministre.

Difficile, mais pas impossible. Il faudra simplement mettre fin à la tentative des principaux groupes de radios nationales privées de figer le paysage français dans un Pompéi radiophonique !

C’est avec stupéfaction que l’on découvre, à la lecture des premières pages de cette note, les raisons pour lesquelles les radios nationales privées ont bloqué le lancement de la radio numérique terrestre, en le repoussant sans cesse, après en avoir été pourtant les plus farouches promoteurs. « Leurs responsables, et leurs actionnaires, ne souhaitent pas consacrer la totalité ou plus de la majorité de leur résultat à développer la RNT. » Ainsi, les actionnaires des radios nationales privées ont souhaité préserver leurs bénéfices plutôt que d’envisager sereinement l’avenir de la radio et peu importe que ce soit au détriment des auditeurs et d’une industrie tout entière. A partir de là, il faut s’interroger sur la position du régulateur, du gouvernement et des autres acteurs de l’industrie radiophonique. Peut-on raisonnablement accepter de figer le paysage radiophonique dans l’analogique et ce faisant obérer son avenir pour préserver les intérêts financiers à court terme des radios nationales privées ? La réponse est bien évidemment non. Lire plus »