FM

Le Confédération Nationale des Radios Associatives veut un lancement immédiat de la RNT

La Confédération Nationale des Radios Associatives ( CNRA ) s’est prononcée en faveur d’un « lancement immédiat » de la RNT, afin que « l’exploitation du bien public hertzien reste le garant de l’expression du pluralisme des opinions ». Selon la CNRA, la réussite de la RNT en France passera notamment par une qualité sonore « significativement plus performante que la FM ou l’IP ». La CNRA préconise de réserver un part importante de la bande passante à l’audio et de limiter les multiplex à 8 stations seulement. La CNRA estime que le nombre de nouveaux entrants doit être limité et que la construction des plans de fréquences de la RNT doit privilégier « les impératifs de développement des acteurs actuels de la bande FM ». Le CNRA est par ailleurs favorable à « une hybridation des supports accrue », avec la mise en place de « passerelles » automatique entre la RNT, la FM et l’IP afin d’assurer une continuité du signal entre les zones couvertes ou non par la RNT.

Lire plus »

Frank Lanoux au sujet de la radio numérique

Frank Lanoux, directeur général de la station RMC au sujet de la radio numérique :
Propos recueillit par le site du figaro :

Soutenez-vous la radio numérique terrestre ?

Nous avons demandé un moratoire à travers le Bureau de la radio, qui réunit des radios privées, c’est-à-dire des radios qui maîtrisent leurs coûts de fonctionnement. Le coût de la radio numérique terrestre n’est pas raisonnable. Le paysage radiophonique est déjà très développé. L’attente du consommateur pour cette nouvelle technologie n’est pas évidente. Mais, pourtant, il faut y aller car tout est numérisé aujourd’hui. La radio ne peut pas passer à côté du numérique. Toutefois, le coût de ce quatrième réseau, après les longues ondes, la FM et Internet, devrait être bien inférieur à un million d’euros. Il faut trouver une technologie pour faire baisser le coût de fonctionnement. On ne va tout de même pas demander au gouvernement de nous subventionner !

2010, l’année de la dernière chance pour la RNT ?

Alain MéarAlain Méar (photo), membre du CSA, le dit sans ambages : «Si elle ne démarre pas cette année, il n’y aura pas de radio numérique terrestre (RNT).» Un vœu pieux ? Sans doute. Si le CSA presse le pas, les radios, elles, freinent des quatre fers, arguant que ce dossier se présente au moment où leurs recettes publicitaires ont fondu de 15 %.

Autant dire qu’elles ne sont pas enthousiastes à l’idée de devoir débourser, chaque année, quelque 3 millions d’euros pour la diffusion numérique (pour une couverture de 85 % de la population), selon les estimations de Jacques Donat-Bouillud, directeur de la division radio de TDF. D’autant que cette charge ne viendrait pas se substituer aux coûts de diffusion de la bande FM, dont l’extinction est prévue dans un délai de huit à dix ans. Au mieux. De l’avis de la plupart des radios, l’addition paraît donc sinon salée, du moins superfétatoire. Car le retour sur investissement semble loin d’être acquis, la multiplication des opérateurs que permettra le numérique ayant pour conséquence l’effritement des ressources publicitaires.
Lire plus »